Depuis la nuit des temps, la femme essaie de maîtriser son ovulation et son corps, pour décider ou non de tomber enceinte. Plusieurs méthodes éprouvées existent. L’implant contraceptif, dont l’utilisation est possible en France depuis 2001, environ, est donc un des moyens les plus récents que l’on peut utiliser.

Comment fonctionne l’implant contraceptif ?

implant contraceptif dans le bras

L’implant contraceptif a plus ou moins la longueur et le diamètre d’une allumette. Un médecin généraliste, une sage-femme ou un gynécologue l’insère sous la peau du bras au moyen d’une aiguille, après avoir légèrement anesthésié la peau, pour supprimer toute douleur. Une fois mis en place, l’implant ne se décèle pas. Il déverse dans le sang la même dose d’hormones que pourrait le faire une pilule contraceptive, sans l’inconvénient de devoir la prendre tous les jours.

Cette alternative contraceptive est efficace à presque 100%, mais son effet peut être diminué si la personne qui en est porteuse prend par exemple du millepertuis (plante que l’on utilise pour soigner les états dépressifs), mais aussi certains traitements pour soigner la tuberculose ou l’épilepsie. Il est donc utile de demander au préalable à son médecin si les médicaments habituellement pris peuvent rentrer en interaction avec l’implant. La diffusion d’hormones dans le corps est effective pendant trois ans. Au bout de ce laps de temps, il convient de l’enlever et d’en faire poser un nouveau.

Quels sont ses points forts et ses points faibles?

Son point fort réside dans sa discrétion et dans le fait de sa longue diffusion. Néanmoins, il ne faut pas oublier de le faire changer au bout de trois ans pour ne pas risquer une grossesse non désirée! Il est aussi facile à poser qu’à retirer. En ce qui concerne les points faibles, il arrive que les femmes qui ont fait poser un implant prennent du poids ou fassent des poussées d’acné. Il est donc déconseillé aux femmes en surpoids de choisir ce moyen contraceptif.

Il est également possible de voir son cycle de règles bouleversé :

  • Règles moins abondantes ou saignements durant les 6 mois suivant l’implantation du bâtonnet de contraception, ou en dehors des périodes de menstruation.

Dans ce cas, il vaut mieux aller consulter pour avoir l’avis d’un médecin. L’implant, que l’on peut acheter avec une ordonnance, coûte un peu plus de cent euros et est remboursé à 65%. Les mineures de plus de quinze ans peuvent l’obtenir dans des pharmacies ou sans limite d’âge minimum dans les plannings familiaux.

Est-ce que toutes les femmes peuvent l’utiliser ?

Il est à privilégier si l’on a tendance à oublier de prendre sa pilule de façon régulière, si l’on présente des allergies ou des réactions aux pilules classiques, ou si la pose d’un stérilet est trop douloureuse, par exemple. Il ne peut pas ‘tre prescrit pour les femmes qui présenteraient des troubles relatifs aux phlébites, des saignements vaginaux dont on ignore la cause ou des problèmes de foie. Encore une fois, l’avis d’un médecin de famille connaissant les antécédents médicaux est primordial. Si l’on s’interroge sur le type de contraceptif qui pourrait nous convenir, il est utile de savoir que certains sites sur Internet proposent des questionnaires qui peuvent permettre de s’orienter vers le choix le plus adapté.