Qui aime à caresser et à être caressé. Se dit d’un comportement doux et caressant, tendre et affectueux.  (Définitions du mot « câlin » d’après le Larousse)

câlin

Ah les câlins ! S’il est bel et bien une chose qui nous nous caractérise tous, c’est bien le fait que nous aimons tous les câlins. D’ailleurs, ce n’est pas étonnant qu’il soit le plus naturel que nous faisons tous. Et, il n’est pas indispensable d’être en couple pour se cajoler, se dorloter. Et pour cause, adopter la « free hugs » attitude en amoureux, en famille ou entre amis est une belle preuve d’affection. Mais voilà, il ne s’agit pas uniquement d’entretenir de bonnes relations avec autrui, de démontrer l’amour et l’amitié que l’on porte à autrui, mais bel et bien d’en tirer profit. Et pour cause, le câlin est bien plus que cela tant les bienfaits sur notre santé sont légion. Gros plan donc sur le câlin : ce remède bien-être par excellence.

Le câlin, l’arme secrète anti déprime

De nombreuses études scientifiques mettent en avant que le fait de faire un câlin libère dans l’organisme des hormones. Endomorphine, ocytocine, mais aussi dopamine, un cocktail de choc qui présente de grands pouvoirs curatifs et qui apaisent. Prendre quelqu’un dans ses bras est alors une excellente thérapie pour se sentir mieux, être en joie et adopter la positive attitude. Bref, être de bien meilleure humeur. Mieux que cela ! C’est surtout une arme redoutable contre la déprime. Raison pour laquelle avant qu’elle ne guette – notamment en hiver – il est impératif de se câliner sans tarder.

Rien de tel pour surmonter les moments difficiles liés à la douleur et à la tristesse. D’ailleurs, ce n’est sans doute pas un hasard si la journée internationale des câlins tombe en plein cœur de l’hiver, un 21 janvier.

Le câlin, producteur officiel d’ocytocine

En se câlinant, le cerveau enclenche la production d’hormones bénéfiques et plus particulièrement d’ocytocine, l’hormone dite de l’affection. Cette hormone soulage alors les maux quotidiens en réduisant la pression artérielle, en réduisant le rythme cardiaque et en rééquilibrant le système nerveux notamment. Les maux de tête, l’anxiété, le stress, les douleurs menstruelles sont alors apaisés. En parallèle, les câlins réduisent également le risque de maladies cardiaques : un cœur soulagé sans stress fonctionne bien mieux.

Un câlin vaut largement tous les médicaments légers tant il permet de se détendre. Pourquoi de ce fait consommer des médicaments légers avec des effets secondaires ?!

Le câlin booster du système immunitaire

En parallèle de ses vertus cardio-vasculaires, le câlin serait également un allier de taille pour le système immunitaire. Le contact  » peau contre peau » quotidien renforcerait là encore la production d’anticorps ce qui permet alors à l’organisme de mieux lutter contre certaines maladies et virus.

Gr‚ce au câlin, le corps accroit ses capacités pour se défendre contre les microbes – virus, bactéries, champignons, parasites – les cellules devenues cancéreuses voire un corps étranger.

Un complément à la sexualité

Il n’y a pas que le sexe dans la vie ! Il y a les câlins aussi. Le câlin joue un rôle essentiel dans la relation sexuelle et affective d’un couple. Le câlin rend alors les relations plus saines, plus durables et surtout rend l’orgasme plus complet. C’est un point de contact important. De la tendresse, de la douceur, une pointe d’érotisme dans les câlins, sont tout aussi importants que la pénétration en elle-même et la quête du 7e ciel pour trouver le bon équilibre dans sa relation amoureuse.

La sexualité fait le couple, le câlin d’autant plus.

Le câlin, la clé anti solitude

Dans une société de plus en plus individualisée et virtuelle, le contact avec un inconnu, une connaissance, un membre de sa famille ou un ami permet alors de remplir le vide émotionnel. Le câlin permet alors de se recentrer sur l’essentiel, de partager un moment même fugace et, par voie de conséquence, de renouer avec l’esprit de communauté. Ce n’est d’ailleurs pas anodin si de par le monde, les bars à câlins, les opérations « free hugs » ou encore les soirées « câlin » se se multiplient.

L’homme n’est pas fait pour vivre seul, sans les autres. Le câlin brise l’isolement tout simplement.

Que l’on suive les préceptes d’Amman, figure humanitaire et spirituelle d’envergure internationale indienne, animée par un immense amour pour l’humanité – ou non, faire des câlins est rassurant, cela suscite un moment de bonheur et de plénitude tout en procurant une énergie réconfortante et de bien-être exceptionnel. Bref, il ne faut jamais être rassasié de tendresse.