Sujet encore tabou mais qui mérite d’être abordé, la sécheresse vaginale est un trouble plus fréquent que la plupart des gens ne le pensent. En effet, environ une femme sur six en souffre et les conséquences peuvent être désastreuses à bien des égards. La bonne nouvelle est qu’il ne s’agit pas d’une fatalité. Des solutions et des remèdes efficaces sont disponibles pour celles qui en ont besoin. Tour d’horizon sur la sécheresse vaginale, les causes, les symptômes, le traitement et la prévention.

Sécheresse vaginale : de quoi parle-t-on ?

secheresse vaginale

Également appelée atrophie vaginale, c’est une pathologie qui peut toucher toute la population féminine à un moment donné. Il fait tout simplement référence au manque de lubrification naturelle du vagin, causant ainsi d’horribles désagréments. En clair, c’est lorsque les tissus du vagin ne sont pas suffisamment humidifiés que l’on parle de la sécheresse intime.

La surface interne du vagin est constituée d’une muqueuse et de glandes qui servent à sécréter les substances lubrifiantes. Les glandes en question sont localisées au niveau du col de l’utérus et produisent du liquide visqueux qui s’écoule ensuite le long de la paroi. Ceci permet d’avoir des relations sexuelles plus agréables et plus confortables. De plus, ce liquide nettoie les peaux mortes et les germes par la même occasion.

Plus répandue chez les femmes ménopausées, l’atrophie a tendance à rendre ses victimes plus vulnérables face aux différentes infections gynécologiques. Elle altère la libido, ce qui peut nuire à la vie amoureuse si le partenaire n’est pas en mesure de comprendre la situation. Les effets psychologiques peuvent également être conséquents.

Les causes de la sécheresse vaginale

Les origines de ce trouble intime propre aux femmes peuvent être nombreuses mais dans tous les cas, elles ont toujours un impact sur le taux d’œstrogènes. C’est la diminution des sécrétions de ces hormones sexuelles féminines qui cause principalement la sécheresse intime. Quand leur taux chute considérablement, les tissus et les parois se rétrécissent et entrainent la déshydratation de la zone.

La réduction de la production d’œstrogène est incontournable à la ménopause. Ceci étant dit, ce problème peut également survenir pour d’autres raisons. Ainsi, les femmes qui sont trop souvent sujettes au stress ou à la fatigue chronique risquent d’attraper cette sorte de maladie toute à fait bénigne. Le stress et la fatigue, tout comme la dépression et l’anxiété, troublent les sécrétions hormonales chez la femme.

Les autres facteurs susceptibles d’engendrer le manque d’œstrogènes et donc l’atrophie vaginale sont :

  • Une hygiène intime inadaptée ou excessive ;
  • L’utilisation de savon de toilette ou de détergents ménagers inadéquats ;
  • Un traitement médical qui implique la prise de certains médicaments comme les antihistaminiques, la chimiothérapie, la radiothérapie ;
  • Une infection de la muqueuse vaginale ;
  • Une opération chirurgicale des ovaires ;
  • L’addiction au tabac et/ou à l’alcool ;
  • Les entrainements sportifs trop intenses ;

Certaines femmes sont également victime de sécheresse intime après l’accouchement ou durant l’allaitement. C’est normal car les troubles hormonaux sont monnaie courante lors de ces périodes.

Les symptômes de la sécheresse intime

La sécheresse vaginale est très facile à reconnaître chez les femmes sexuellement actives. Elles n’arrivent tout simplement pas à produire de la cyprine pour lubrifier naturellement son vagin avant et durant l’acte. Mais il y a d’autres signes qui ne trompent pas. Il y a notamment la sensation d’irritation inexpliquée au niveau du sexe féminin. Lors des rapports sexuels, la victime peut avoir mal et souffrir d’une douleur relativement insupportable. On parle alors de dyspareunies, un trouble qui cause à son tour une baisse considérable des désirs à faire l’amour.

Des démangeaisons et une sensation de brûlure très inconfortable au niveau de la partie intime peuvent également se faire ressentir à n’importe quel moment, notamment lors de la miction. Dans certains cas, les organes génitaux externes deviennent rouges. Il se peut aussi que si la victime s’obstine à avoir des rapports sexuels sans utiliser un produit lubrifiant parfaitement adapté, des saignements peuvent être constatés.

Les traitements de la sécheresse vaginale

Pour venir à bout de la sécheresse intime, il faut d’abord déterminer la véritable cause de la baisse de niveaux d’œstrogènes. S’il s’agit du stress ou de l’anxiété, prenez le temps de vous occuper de vous-même afin d’oublier les problèmes qui vous empêchent de vivre en paix. Offrez-vous des séances de massage bien-être avec des huiles essentielles aux vertus apaisantes dans un institut spécialisé.

Un bon bain à remous, la thalassothérapie, le sauna et le hammam sont d’autres alternatives pour combattre le stress et tous ses effets négatifs sur votre santé et votre sexualité. Parfois, écouter de la musique, danser, regarder des films, bouquiner, faire du shopping, etc. peuvent également aider selon les goûts et les centres d’intérêt de chacune.

Dans tous les cas, il faut consulter un médecin ou un gynécologue qui vous aidera à y voir clair. C’est aussi le seul moyen de bénéficier d’un diagnostic fiable. En entendant que le problème soit entièrement résolu, le docteur prescrit à la patiente un lubrifiant local sous forme d’ovule ou de gel. Cela permet de réhydrater le vagin de manière efficace et aide à atténuer les symptômes. La cure peut durer entre une et deux semaines selon les cas. Le lubrifiant vaginal prescrit peut également être utilisé en plus grande quantité pour agrémenter les ébats sexuels.

Si c’est la ménopause qui est en cause, un traitement hormonal est requis afin d’augmenter le taux d’œstrogènes de la femme concernée. Le vagin n’aura ensuite aucun mal à retrouver sa lubrification naturelle. Concernant les rapports sexuels, il est fortement conseillé de ne pas zapper les préliminaires, cela peut aider à lutter contre ce genre de souci, peu importe la cause. Si la patiente est en couple, consulter un médecin avec son partenaire peut être bénéfique. Ainsi, son homme pourra l’aider à surmonter l’épreuve.

Comment prévenir la sécheresse intime ?

Concernant les phénomènes naturels pouvant causer la sécheresse vaginale tels que la ménopause ou l’allaitement, les solutions de prévention se font rare. Ce sont des choses qui peuvent arriver à n’importe quelle femme. Le trouble finira toujours par se dissiper petit à petit lorsque le corps parviendra à s’habituer au changement.

Par ailleurs, toutes les femmes sans exception peuvent prendre de bonnes habitudes au quotidien afin de prévenir le problème. Vous être notamment conseillée de ne pas porter des vêtements trop serrés. Pour les sous-vêtements, évitez les matières synthétiques. Les fibres naturelles respirantes comme le coton sont donc à privilégier.

La fréquence de la toilette intime ne doit pas dépasser les deux fois par jour. Autrement, l’équilibre de la flore vaginale risque d’être rompu et causer différents dysfonctionnements comme la mycose ou justement la sécheresse vaginale. De l’eau claire suffit pour nettoyer la zone intime. Vous pouvez utiliser un produit dédié à condition qu’il soit d’un pH neutre et non parfumé.

Évitez les situations stressantes et pensez toujours positif. Profitez bien de la vie et faites-vous plaisir autant que vous le pouvez. Faites du shopping, partez en vacances durant votre congé. De temps à autre, accordez-vous un weekend en amoureux avec votre cher et tendre pour oublier les tracas de tous les jours, raviver la flamme dans votre couple et casser la routine. Il n’y a rien de mieux pour fuir les tensions et augmenter la libido.

En outre, une bonne hygiène de vie doit être de mise. La cigarette, l’alcool et la drogue en général sont à laisser de côté. Avec toutes ces mesures, vous aurez toutes les chances de ne pas expérimenter la sécheresse vaginale.